© Daniel Gillet

La Dombes, les étangs

Une histoire indissociable

La pêche des étangs en Dombes

Automne et hiver en Dombes riment avec « Pêche d’étang », un rendez-vous unique et une tradition ancestrale…

Ne manquez pas ces rares événements !

La pêche en Dombes

La Dombes, pays des 1000 étangs, est la première région piscicole de France en termes de production. La tradition des étangs en Dombes date du Moyen-Age, époque où la religion exerçait une influence sur l’alimentation de la population : le poisson était la nourriture principale les jours de jeûne.
Les moines présents à l’époque ont eu l’idée de transformer les marécages en « cuvettes naturelles », les étangs. Ainsi, ils ont façonné des chaînes d’étangs en Dombes, chaque étang est relié à d’autres étangs en amont et en aval par un fossé et sert à la pisciculture.
Cette tradition piscicole perdure et le mois d’octobre marque le lancement des pêches en Dombes.

L’étang est donc un outil de production de poissons, mais aussi une source de biodiversité pour accueillir flore et avifaune.

Avec l’appui du Département de l’Ain, un programme de relance de la filière piscicole a été mis en place permettant le maintien des étangs tout en trouvant une valorisation économique des Poissons de Dombes®. Le lancement de nouveaux produits de transformation et le Cuir de Carpe de Dombes® s’inscrivent dans cette valorisation économique.

La pêche d’étang, un savoir-faire ancestral

Chaque année, à l’automne, l’étang est vidé, comme une baignoire, grâce à sa vanne appelée «le thou».

Les poissons se rassemblent naturellement à l’endroit le plus profond : «le bief». Les pêcheurs déploient un filet d’un bout à l’autre du bief et ramènent ainsi les poissons près de la berge : «la pêcherie».

Le tirage du filet est une opération qui nécessite concentration et force physique dans des conditions de travail difficiles : humidité, froid, poids du filet, sol boueux. En général, c’est le collecteur (poissonnier-grossiste) qui dirige la pêche. Cette opération est répétée deux à trois fois durant la pêche avec des filets aux mailles de plus en plus serrées (du filet à grosses mailles à la seillette).

Les pêcheurs tirent le filet jusqu’à la pêcherie et attrapent le poisson dans les arvaux (sorte de grosses épuisettes) afin de le sortir de l’eau. Il est ensuite mis dans des caisses et transporté jusqu’à la table de tri, appelée la gruyère. Cette opération nécessite expérience et bonne connaissance des poissons.

C’est ensuite aux trieurs d’intervenir. Leur rôle est de trier le poisson selon sa catégorie et son poids. Les porteurs font des aller-retour entre l’étang, la gruyère et la bascule (sur la chaussée) où le poisson sera pesé.

Que pêche-t-on dans les étangs ?

La carpe

La carpe, emblème de nos étangs, représente près de 70% de la production des étangs de la Dombes.
Présente depuis le Moyen-âge, elle est résistante et assure l’équilibre naturel de l’étang. La carpe est un poisson fouineur qui permet à la lumière d’aller jusqu’au fond de l’étang favorisant ainsi une alimentation naturelle.

La carpe, issue d’un élevage Poissons de Dombes®, ne reçoit pas d’antibiotiques et est élevée dans un espace naturel, préservé et indemne de produits toxiques.

La carpe est l’un des poissons les moins gras avec seulement 1,1% de matière grasse. Elle est riche en protéine, vitamines D et B12. Elle se cuisine de 1001 façons… carpe farcie, filet de carpe au vin rouge pour les recettes les plus traditionnelles, goujonnette et falafels, pour les plus tendance et en soufflé, fumée ou en rillettes pour les cuisines rapides.

Et aussi…. Pour assurer un écosystème harmonieux, d’autres poissons sont présents dans nos étangs en plus faible quantité :
Brochet, Tanche, Sandre, Black Bass, et autres poissons blancs…

Pourquoi les étangs sont-ils vidés ?

Depuis la création des étangs, au moyen-âge, perdurent en Dombes les mêmes techniques d’entretien comme l’alternance de périodes d’évolage et d’assec.
Pendant la période d’évolage, l’étang est mis en eau et est utilisé pour la production de poissons sur une durée maximum de 4 ans.
Ensuite, il est mis en assec, c’est à dire qu’il est vidé de son eau pendant une saison.

Cette période de « repos » permet à l’exploitant d’entretenir et rénover les ouvrages inaccessibles quand l’étang est en eau et de « travailler » le sol.

Il met également l’étang en culture (avoine, sorgho, ray grass, maïs…) pour régénérer le sol et favoriser ainsi l’apparition du phytoplancton lors de sa remise en eau.

Une tradition respectée garantissant un produit de qualité et préservant son environnement.

Les ateliers de transformation

Poisson de Dombes®

Que se passe-t-il après la pêche ?

Après la pêche des étangs de la Dombes, le poisson est transporté chez un collecteur (poissonnier, grossiste) où il sera stocké vivant, en bassins, dans de l’eau claire.
Ensuite, il servira soit au repeuplement des rivières, soit à la consommation.
3 ateliers adhérents à la filière Poissons de Dombes® transforment de manière artisanale les Poissons de Dombes®.

Pour lui donner une qualité gustative optimale, la carpe de Dombes est conservée à minima 24 heures en eau claire avant transformation.

On vous dit tout !

Comment les découvrir ?

Dombes Tourisme

Place du Champ de Foire 01400 Châtillon-sur-Chalaronne

Nous contacter par mail

Contacter l’office : 04 74 55 02 27 

Nos suggestions